Honest note : Un Clynelish moyen reste meilleur que la plupart des bons single malt. 7/10

L’histoire : un Clynelish de plus pour la route

Encore un Clynelish de la scotch malt ? Ce n’est plus une habitude, ça devient un vice. Celui-ci a été distillé en 2004, et a passé 13 ans dans un fût de bourbon de premier remplissage. Il répond au nom de « Oil be drammed » – qui laisse entrevoir un whisky huileux.

Le contenu : Clynelish collection printemps-été

Dans le verre, nous avons effectivement un whisky huileux, et plutôt printanier. Le nez est tout en fleur des prés et en pelure de pomme rouge. Plutôt léger et agréable. La bouche est plus solide (52,1°), avec un malt qui tourne à la pâte d’amande, voir à la halva,, le tout délayé dans un jus de pomme.  Avec le temps, des notes d’agrumes et des accents de vanille apparaissent. La finale, plus cireuse dans la grande tradition de la distillerie de Brora, est dans la même veine, chaleureuse et simple.

Voilà donc un Clynelish sans prétention, porteur de l’ADN de la distillerie sans extravagances. Pas un grand cru mais un whisky honnête, supérieur tout de même à une grande partie de la production actuelle.

Prix : autour de 75 €  – Disponibilité : probablement introuvable