Honest note : Un Irlandais atypique, sans défaut mais qui ne fonctionne pas complétement. 6/10

L’histoire : Connemara, irlandais atypique

Je connais mal les whiskey irlandais, et le mouvement « premium » qui s’amorce ces derniers temps me laisse un peu de marbre. Tout d’abord parce que je n’ai jusqu’ici jamais été soufflé par leur style, et parce qu’ils sont déjà aussi chers que des Écossais. Mais j’avoue ma méconnaissance du sujet, dans la mesure où la seule bouteille que je possède m’a été offerte, et qu’elle n’a rien, mais alors vraiment rien, de typiquement irlandais.
Derrière  Connemara – un nom très attrape-touriste pour un whiskey pourtant très sérieux – se cache une des expression proposées par la distillerie de Cooley. Il est triplement original parce que 1. il vient de la moins connue des trois distilleries majeures irlandaises (les deux autres étant Midleton et Bushmills) ; 2. il est en double distillation alors que l’Irlandais est généralement distillé en trois passes ; 3. il est tourbé, ce qui est également rarissime, voir unique, en Irlande. Un whiskey pas typiquement irlandais donc, mais potentiellement intéressant. La version cask strength est un single malt sans mention d’âge, sans filtration, proposé à 57,9° dans une sympathique bouteille verte.

Le contenu : de la fumée sur la prairie

Au nez, la tourbe n’est pas évidente. La fumée est juste un picotement, et on est plus dans le médicinal souvent induit par ce degré d’alcool. On trouve aussi des notes d’herbe fraîchement coupé – ce qui sonne très irlandais, ainsi qu’un peu de vanille. En bouche, c’est plus franchement vanillé sans être bourboneux, avec un peu de citron, un peu de fumé, et encore quelques notes végétales. La finale est chaleureuse, propre, mais sans vrai caractère.

Un whiskey qui ne sent pas complètement la victoire.

Un whiskey qui ne sent pas complètement la victoire.

Sur le papier, ça fonctionne bien. Cette description pourrait tout à fait coller à un jeune Bowmore d’entrée de gamme, et à priori ces arômes vont plutôt bien ensemble. Mais pourtant, il y a comme un ressort cassé. Cela devrait fonctionner, mais les goûts coexistent, sans se valoriser les uns les autres. Et à l’arrivée, j’y trouve une bouteille sans fausses notes mais sans harmonie non plus.

Prix : autour de 50 €  – Disponibilité : A priori le Cask Strength a été abandonné il y a quelques années déjà