Honest note : Un Clynelish pour ceux qui n’aiment pas forcément le whisky. Moins intéressant pour les amateurs. 6/10

L’histoire : un Clynelish de fond de cave

L’avantage des cavistes avec un beau stock de whisky, c’est qu’ils ont en fond de cave des bouteilles oubliées (et dont le prix n’a pas forcément été réaligné sur les standards actuels). C’est ainsi que chez Julhès j’ai trouvé l’an dernier ce Clynelish 15 ans, près de 7 ans après sa sortie.

Sélectionné par Berry Bros & Rudd, honorable maison londonienne et indie bottler plutôt renommé, il provient d’un single cask non spécifié. Mais à la couleur et au champ aromatique, on est très probablement dans un ancien fût de bourbon. Il est proposé à 46°, ce qui est honnête à défaut d’être original.

Le contenu : trop propre pour être honnête

Le nez est assez curieux. De l’océan, un petit peu plus que sur un Clynelish classique, des épices qui chatouillent légèrement les narines – poivre blanc ?, et plus étonnant, quelque chose de l’ordre de la banane verte. Intriguant, d’autant que la bouche ne confirme pas le nez : on retrouve du Clynelish classique avec de l’orange légèrement épicée (au hasard, muscade) et du caramel au beurre salé. La finale est courte et propre, un peu plus marquée par le toffee.

Nous avons tenté d'extraire le caramel de ce Clynelish...

Nous avons tenté d’extraire le caramel de ce Clynelish…

C’est probablement le Clynelish le plus facile à boire que j’ai croisé. Le revers de la médaille, c’est qu’il reste assez basique et finalement peu palpitant. Un bon malt d’apéritif, qui plaira à ceux qui n’aiment pas le whisky, mais laissera sur leur faim les amateurs de Clynelish.

Prix : autour de 60 € – Disponibilité : fond de cave