Honest note : Un Linkwood vénérable et élégant. Excellent speysider en ex-bourbon. 9/10

L’histoire : Linkwood, Speysider pour gens sérieux

Malgré son joli nom, Linkwood a une réputation plutôt discrète. Les spécialistes reconnaissent néanmoins le sérieux de la maison qui propose presque uniquement en embouteillage indépendant des whiskys généralement sérieux, à la limite de  l’austèrité. On serait presque dans l’ascèse du malt.

Selon le comité SMWS, le matricule 39.135 aurait dépassé ladite ascèse pour atteindre  au bout de 26 ans – en refill bourbon – le nirvana : « Magical & Heavenly ».

Le contenu : un malt pointilliste

La magie n’est pas immédiatement évidente tant le nez est initialement discret.  Des fruits tropicaux, mais un peu éteint, une touche de jasmin (pour moi la signature Linkwood), et du bois précieux (pensez à une vieille bilbiothèque bien entretenue). Le palais est plein de petites touches : un peu de cuir, une goutte de miel, une bouffée de tabac, des épices, des fleurs, encore un peu de fruits exotiques…

Exotique et civilisé, ça va réconforter Sean Connery.

On a affaire à un malt pointilliste, très élégant et en même temps très précis, presque japonais. Ce qui en fait évidemmment le meilleur Linkwood que j’aie jamis bu – sans surprise, mais aussi un des meilleurs dans la catégorie Speyside sans sherry. Le prix n’est pas anodin, autour de 150 €, mais loin d’être excessif pour une bouteille de cet âge, et de cette qualité.

Prix : autour de 150 € – Disponibilité : single cask